Chaque jour est un arbre qui tombe

Chaque jour est un arbre qui tombe
Wittkop Gabrielle
Ed. Verticales

'Le dernier jour fut gris et rose, d'un gris d'ombre plate, d'un rose chancreux. L'année, minime fragment temporel, est maintenant éparpillée en un mouvement centrifuge d'étoile, en un motif qui ne peut être saisi que par la force de sa propre dispersion.
1er janvier. Chaque jour est un arbre qui tombe. Comme si une voix m'avait éveillée par ces mots. Ma propre voix, celle de mes plus secrètes cellules, celle des oracles et des rêves, celle qui clame dans les ivresses et chuchote dans les agonies. Chaque jour est un arbre qui tombe. Et j'ai vu le déclin du jour et la chute de l'arbre...'

Ce journal imaginaire tenu par une femme, Hippolyte, entremêle souvenirs d'enfance, d'amours, de voyages (en Inde, dans les îles de Krakatoa, Sumatra ou Java) et réflexions sur le Temps. Autoportrait d'une individualité exceptionnelle dont l'existence se déploie entre la naissance et la mort - ces deux bornes qui la limitent et lui ouvrent paradoxalement l'espace infini d'une vie superbe et éphémère. La cruauté froide et luxueuse qui anime l'écriture de Gabrielle Wittkop est dans Chaque jour est un arbre qui tombe à sa plus haute mesure.
Présentation de l'éditeur

Comment faire disparaître la terre ?

Couverture non disponible
Pireyre Emmanuelle
Ed. Seuil/Fiction & Cie

Parmi les personnages de Balzac figurait la femme de 30 ans, créature accablée, dont le rôle était des plus difficiles à porter. L'auteur, ayant passé la trentaine, s'aperçoit que tout va bien et décide de mettre à jour cette notion en redéfinissant une femme de 30 ans à l'enthousiasme neuf pour l'existence matérielle comme pour l'existence métaphysique.
Comment faire disparaître la terre ? est un livre qui pose des questions contemporaines (comment s'évader si on est prisonnier ? quels sont les critères pour l'achat d'un pull ? pourquoi boire autant de verres d'eau et si peu de verres de vin ? comment s'orienter dans un lotissement de banlieue ?) et y répond en compulsant les documents disponibles, du site internet à la biographie littéraire ou au feuilleton télé.
Ce texte hybride, poétique, philosophique et déjanté est une tentative sérieuse et désastreuse de la littérature pour être aussi utile qu'un manuel pratique.
Présentation de l'éditeur

Tout à coup, je ne suis plus seul. Roman chanté compté

Tout à coup, je ne suis plus seul. Roman chanté compté<br />
Darras Jacques
Ed. Cri

Nous nous appellerions tous Laurence Sterne et nous serions des «Voyageurs sentimentaux ». Amoureux de la route, ses détours et digressions, comme des rencontres qu'elle nous ménage. Mais, à la différence du célèbre romancier, nous irions jusqu'au bout de nos sentiments. Nous serions des poètes du roman. Nous voyagerions le long des rivières, des petites villes, des vallées secrètes, nous arrêtant pour humer le parfum des noms et des roseraies. Sentimentaux, mais ayant le sens des infimes continuités qui font la beauté de l'existence.Amoureux, mais désireux de suivre nos humeurs jusqu'au bout. Bref, hommes et femmes d'au-delà les cassures, les ruptures où se complurent les siècles précédents. Petits pèlerins attentifs d'Europe, adeptes de la navigation lente, « beatniks cartésiens », nous ne rêverions plus jamais à l'Amérique. Depuis l'extrême pointe atlantique de l'Irlande, à Dingle, jusqu'à l'estuaire de la Meuse et du Rhin, à Rotterdam, nous filerions telles des hirondelles de mer au ras des vagues. Jacques Darras
Présentation de l'éditeur

Jacques Darras

Cahin caha

Cahin caha
Lenner Anne
Ed. Dilettante

«Parfois, je me figure que je suis comme les dodos. Les dodos ont tous disparu : trop lourds pour voler, ils ont tous terminé en brochettes. Pourtant, ça ne m'empêche pas de me sentir comme eux : un handicap, c'est comme une limite de vitesse imposée qui vous condamne à vie à rouler au pas et à tousser dans le sillage des autres. Dans le grand derby de la vie, comme canasson, je ne vaux pas un bourrin : j'ai l'air d'avoir douze ans alors que j'en affiche cinq de plus au compteur et déplié, je culmine péniblement à un mètre cinquante-six. De là à dire que les perspectives d'avenir d'un handicapado ont de quoi flanquer la frousse à n'importe quel clampin...»
Présentation de l'éditeur

Les doigts écorchés

Les doigts écorchés
Robie Sylvie
Ed. Naïve

C'est l'automne 8o et c'est comme une des premières photos de Larry Fink, sauf qu'elle serait en couleurs, une ambiance beatnik revue et corrigée par le tranchant rouge, noir du punk. Nous sommes affalés en bande dans le champ derrière la grande colo, nous avons tous le bon look, il y a moi, toi, Bruno, Delphine en minijupe en plastique qui se tapote la frange, Bruno est très agité. On a mis une affiche pour un guitariste au collège, Bruno veut faire chanteur, toi tu as commencé la batterie. Un adulte blessé renoue avec son passé en suivant la tournée d'un groupe de musiciens venu de Sheffield, Hoggboy. Toute une époque ressurgit alors : la découverte fracassante du rock, l'influence anglaise, The Clash, Joy Division... Un récit retenu, à la douleur silencieuse, au rythme tendu comme l'adolescence ou le riff d'une guitare électrique. Sylvie Robic surprend son lecteur par la grâce de ce court roman, aussi direct que le rock qu'il décrit.
Présentation de l'éditeur

Comme un charme

Comme un charme
Crémer Stéphane
Ed. Denoël

La première fois que je suis allé à Venise je n'étais pas encore né. Papa et Maman font partie de ces jeunes gens de bonne souche qu'on envoyait là-bas pour faire la noce après les cérémonies d'usage. Quoique pas né j'étais j'avoue déjà conçu et bien accroché dans le ventre de Maman tout secoué de hoquets et de soubresauts, dégoûtée qu'elle était et vomissante entre les gondoles : une première famille de Papa était en construction à son corps défendant et sur des bases heureusement pour lui aussi fragiles que les fondations vénitiennes laminées sous l'érosion de l'acqua alta. J'étais conçu mais pas désiré j'avoue : finalement je m'y suis pris tout seul pour le désir aussi et j'ai envie de parler à propos de ma venue au monde, une fois les eaux perdues, une fois l'acqua alta retirée, d'immaculée conception : pas moins. En intention en tout cas - c'est-à-dire abstraction faite de la vie dissolue de Maman - or c'est l'intention qui compte.

D'une voix discrète où l'humour pointe toujours, tour à tour tendre ou cruelle et jouant sur les cordes de la mémoire, Comme un charme est la chronique des émotions d'une enfance solitaire. Entre douleur, émerveillement ou sentiment d'abandon, une singulière musique qui parcourt le temps.
Présentation de l'éditeur

Contrefort

Contrefort
Werner David Laurence
Ed. Verticales

Depuis des années, Natacha et Yvan Aballain vivent retirés sur les hautes falaises de Tdjeldoy, petite île norvégienne des Lofoten. Frère et soeur, ils sont venus là, comme en exil, hors du présent du monde.

Ils y accueillent Cora Frantal, une amie d'adolescence, cinéaste en quête de projet artistique. Le réveil des étés passés dans le domaine familial des Aballain sera d'autant plus redoutable qu'un manuscrit, hantant les journées d'Yvan, puis tour à tour de Natacha et de Cora, révélera une double vérité que les liens d'autrefois avaient soigneusement tue.

«Jamais unis, jamais séparés», tel pourrait être le motif envoûtant de ce livre, quand le désir ne s'aiguise qu'au frôlement des zones frontières.
Présentation de l'éditeur

Jour de gloire

Jour de gloire
Fonteneau Pascale
Ed. Masque

Monique et Sylvie sont copines, copines d'usine parce que voisines sur la chaîne. Quand leur entreprise est délocalisée, elles sont avec les autres ouvriers devant les grilles pour crier leur colère. Galvanisées par les discours syndicaux, Monique et Sylvie se croient enfin actrices de leur destin. Hélas, leurs espoirs de justice sociale seront balayés par la télé-réalité et les rêves de star de la fille de Monique. Sans oublier ces morts violentes qu'il faudra bien venger. Accablé, chacun va devoir réviser son idéal de vie à la baisse. A moins que le jour de gloire...
Célèbre pour ses romans publiés à la Série Noire, Pascale Fonteneau signe avec Jour de gloire une satire sociale grinçante et drôle avec ce ton singulier et joyeusement décalé qui est la marque de son talent.
Présentation de l'éditeur

Ceux qui tiennent debout

Ceux qui tiennent debout
Lindon Mathieu
Ed. POL/Blanche

«J'étais égaré dans tant de métamorphoses, un vivant qui tournait mort, un appartement qui s'accroissait, des vêtements qui ne m'allaient plus. Que ces vains ornements, que ces voiles me pesaient. Un événement neuf, puisque je n'avais assassiné personne de mes mains auparavant, et c'en était une cascade. Je naviguais en pleine originalité, y naufrageais. L'imprévisibilité contaminait tout, jusqu'à l'espace. La magie du direct, comme on aurait dit à la télévision, l'agressive, la haineuse prestidigitation du réel.»
Présentation de l'éditeur

Le Nouveau Magasin d'écriture

Le Nouveau Magasin d'écriture
Haddad Hubert
Ed. Zulma

De l'art de la nouvelle et du conte à celui du roman, du sonnet baroque à la poésie contemporaine, du haïku au genre épistolaire, des cadavres exquis surréalistes aux expérimentations oulipiennes, sillonnant entre Rimbaud, Proust, Emily Brontë, Kafka, Borges, René Daumal, André Hardellet, Karl Kraus et cent autres, cet objet littéraire non identifié débride joyeusement l'imaginaire autant qu'il explore les arcanes de la création littéraire - ou comment trouver un sujet, circonvenir une panne d'inspiration, investir de façon ludique la poésie, le théâtre ou le mot d'esprit, s'adonner aux délices de l'analogie et de la métaphore...

Foisonnant, passionné, érudit et simple, terriblement excitant, le Nouveau Magasin d'écriture est tout à la fois une encyclopédie subjective, un dictionnaire portatif, un bréviaire de style et un réservoir magique d'inspiration - en somme : un véritable manuel d'écriture et de littérature en action, pour tous les fous de littérature.
%%Présentation de l'éditeur%