Journal d'un timonier

Journal d'un timonier
Nikos Kavvadias
Ed. Signes et balises

“Aujourd’hui nous traversons la partie la plus redoutable de l’océan Indien… Nous avons laissé derrière nous les îles Laquedives. C’est là qu’un jour, notre voilier a été pris dans un typhon et nous avons tourné sur nous-mêmes trois jours entiers… Lorsque le vent est tombé, de véritables loques pendaient à la place des voiles et au moment où le capitaine nous a réunis pour nous compter, quatre hommes manquaient à l’appel…

Acheter chez Tropismes : Journal d'un timonier

Echos illusoires du luth

Echos illusoires du luth
Natsume Soseki
Ed. Serpent à plumes

L'histoire de Yasuo, un jeune homme impressionnable aux prises avec des démons et qui doit faire face à des incidents tragi-comiques.

Acheter chez Tropismes : Echos illusoires du luth

Les astres jumeaux

Les astres jumeaux
Kenji Miyazawa
Ed. Serpent à plumes

Dix nouvelles empreintes de poésie proposent chacune un vocabulaire nouveau, utilisant rythmes et sonorités. Elles mettent en scène hommes et bêtes, êtres célestes ou pierres et mousses, dans un monde où invisible et visible se rejoignent au bord du merveilleux.

Acheter chez Tropismes : Les astres jumeaux

Contes d'Ise, contes de risée, une parodie japonaise

Contes d'Ise, contes de risée, une parodie japonaise
Anonyme
Ed. Belles lettres

Nouvelle traduction de la parodie des Contes d'Ise, un classique de la littérature japonaise du Xe siècle, pastichés au XVIIe siècle par un auteur anonyme. Le personnage principal, Ariwara no Narihira (825-880), poète séducteur, est ici remplacé par des personnages grotesques. Cette traduction française permet d'approcher l'art japonais de jouer sur les mots.

Paris-Orphée

Paris-Orphée
Henri Cole

Compilation de chroniques sur Paris publiées dans The New Yorker. A travers ses souvenirs de lecture, l'évocation de lieux visités ou encore de rencontres, le poète réenchante la vision de la capitale française tout en s'interrogeant sur ses liens amicaux et familiaux avec la ville, sur la nature de la poésie et sur son rapport à la solitude.

Acheter chez Tropismes : Paris-Orphée

Juifs sans argent

Juifs sans argent
Mchael Gold
Ed. Nada

Une présentation de l'envers du rêve américain, dans le Lower East Side de Manhattan, en 1900. Dans les taudis, des immigrés juifs, irlandais ou italiens s'entassent et se tuent à la tâche, tandis que les enfants grandissent dans la rue, entre prostituées, gangsters, vendeurs ambulants et travailleurs exploités. D'après les souvenirs d'enfance de l'auteur.

Acheter chez Tropismes : Juifs sans argent

Vertige

Vertige
Joanna Walsh
Ed. do

Dans les histoires de Joanna Walsh, les femmes observent leur vie avec la lucidité réjouissante de ceux qui voient dans la trivialité la matière inépuisable de récits édifiants. Elles dissèquent méticuleusement tout ensemble le quotidien et leur intimité, sans négliger d'épingler au passage le ridicule d'une mère, d'un amant ou d'un voisin de table. S'éprouvant le plus souvent comme des étrangères ou des êtres déplacés, elles n'en parviennent pas moins, de nouvelle en nouvelle, à fabriquer l'étoffe d'une existence. « J'ai replié ma vie sur elle-même, sept fois », dit une de ces femmes. « J'ai été surprise qu'elle soit si volumineuse. » Et c'est la même surprise que procure la lecture de ces textes comme repliés sur eux-mêmes. Leur écriture, volontiers répétitive, qui dit le ressasse- ment et la rumination, creuse aussi patiemment son sillon et fait entendre une voix tout à fait insolite.

Acheter chez Tropismes : Vertige

Les vieux soldats ne meurent jamais

Les vieux soldats ne meurent jamais
Sean O'Faolain, Mary Lavin & Lord Dunsany
Ed. Belles Lettres

Sont ici réunies trois grandes figures de la littérature irlandaise du XXe siècle. Tout le monde ne connaît pas l’anecdote, restée célèbre, dont le poète Padraig Colum se servit pour clôturer sa préface à l’édition américaine des Contes d’un rêveur : « Dans le comté de Meath, au temps jadis, il y avait deux grands barons voleurs sur la route de Drogheda : Dunsany et Fingall. Et si vous échappiez aux mains de Fingall, vous tombiez inévitablement dans celles de Dunsany. »
Le grand baron avait du nez, et même du flair – on comprendra pourquoi en lisant le texte ici traduit – c’est lui qui dénicha – et même déterra – Mary Lavin avec la sûreté d’un épagneul déterrant un os exceptionnel, et préfaça son premier livre de nouvelles. Car les Irlandais, qui ont le génie des Pâques sanglantes, ont aussi celui des nouvelles, ces « romans rapides » selon l’heureuse expression de Natacha Michel. « Une histoire courte, nous dit Sean O’Faolain, si elle est réussie, est comme un cerf-volant d’enfant, une petite merveille, un moment lumineux. » (présentation de l'éditeur)

Acheter chez Tropismes : Les vieux soldats ne meurent jamais

Vinegar girl

Vinegar girl
Anne Tyler
Ed. Phébus

Le docteur Battista vit seul avec ses deux filles depuis le décès de leur mère. Kate, l'aînée, s'occupe de l'intendance de la maison. Lorsqu'il apprend que le visa de Piotr, son brillant assistant, arrive bientôt à expiration, le chercheur tente de convaincre Kate d'épouser ce dernier.

Acheter chez Tropismes : Vinegar girl

Ghachar Ghochar

Ghachar Ghochar
Vivek Shanbhag
Ed. Buchet Chastel

Le narrateur attend une commande dans un coffee house de Bangalore. L'ambiance est à la quiétude, en apparence. Pourtant, l'homme est inquiet. Une parabole sur les affres de la richesse et la dégradation morale qui l'accompagne, avec en toile de fond une Inde tiraillée entre tradition et modernité.

Acheter chez Tropismes : Ghachar Ghochar