Le sourire à cinq dollars

Le sourire à cinq dollars
Tharoor Shashi
Ed. Seuil

Un petit orphelin indien prend pour la première fois l'avion pour aller visiter d'improbables «parents» adoptifs américains; un vieux maître d'école meurt privé - involontairement - par son fils des moyens financiers de se soigner... Entre ces deux nouvelles délicieusement mélancoliques, Shashi Tharoor déploie, dans une quinzaine de textes tour à tour loufoques et poignants, un talent qui ne surprendra pas ses habituels lecteurs. Encore qu'ils seront étonnés d'apprendre que Tharoor a écrit certaines de ces nouvelles alors qu'il n'avait pas seize ans. Et si l'on y sent l'influence inéluctable des auteurs préférés de l'adolescent (de P.G. Wodehouse à Woody Allen, en passant par Maupassant) on n'en demeure pas moins émerveillé par la finesse, le talent et la maturité avec lesquels le jeune Tharoor traite de sujets aussi graves que la mort, les fausses apparences, les laissés-pour-compte de la société et les désillusions de la vie.
Présentation de l'éditeur

Papa

Papa
Huidobro Vicente
Ed. Phébus

On a un peu oublié Vicente Huidobro, connu chez nous surtout pour son oeuvre poétique (il est sans doute le plus grand poète du Chili... après Pablo Neruda). Et ce, malgré les efforts récents de quelques éditeurs : les éditions Indigo-Côté Femmes ont repris en 2002-2003 quelques-uns de ses recueils et manifestes poétiques (Manifestes, Cagliostro, Tremblement de ciel, Tour Eiffel, Horizon carré) ; Altaigle et Monument à la mer ont paru chez Unes en 1996 ; et son Gilles de Rais a été remis au jour en 1998 par José Corti.

Encore inédite en français, l'oeuvre romanesque de Huidobro en surprendra plus d'un par sa tranquille liberté de ton et d'esprit. Papa, ou le Journal d'Alicia Mir (1934), bref récit d'apprentissage qui rompt avec les canons du genre, tient la chronique lucide de la faillite d'un couple qui se déchire sous le regard en alerte d'une jeune fille de dix-huit ans - laquelle découvre à cette occasion la personnalité complexe et fascinante de son père. Aucune moralité, aucune leçon, mais ce constat douloureux, sous un masque de fine ironie : que la vie n'est peut-être que l'art de composer avec ce qui nous manque.
Présentation de l'éditeur

Le Ruffian moldave

Le Ruffian moldave
Cozarinsky Edgardo
Ed. Actes Sud

La chronique de l'immigration juive en Argentine et les histoires qui s'y rattachent constituent la toile de fond du Ruffian moldave, une chronique sur laquelle Edgardo Cozarinsky promène un oeil sombre, plein d'humour et de curiosité. (...) Le modèle littéraire de Cozarinsky n'est ni le roman documentaire, ni le larmoyant mémoire familial, mais la tradition dramatique yiddish des mythes ancestraux et des comédies musicales qui, transférés des pampas russes aux steppes argentines, ont acquis sur les scènes du nouveau pays les costumes de la couleur locale et les rythmes des tangos et des milongas. (...)
Ce ne sont pas les voies directes ni les récits définitifs dont le dénouement est visible dés le début qui intéressent Cozarinsky, ce sont les carrefours, ces espaces doubles ou triples où des histoires différentes se rencontrent et, en même temps, semblent se séparer. ALBERTO MANGUEL (extrait de la postface)


La Compagnie ou les mémoires d'un meurtrier

La Compagnie ou les mémoires d'un meurtrier
Edge Arabella
Ed. Actes Sud

Pour le plus grand malheur de la centaine de survivants du naufrage du Batavia - fleuron de la flotte de la Compagnie des Indes néerlandaises -, Jeronimus Cornelisz, apothicaire déchu mis au ban d'Amsterdam, est du nombre des passagers. Rusé, criminel dans l'âme, il va progressivement prendre de l'ascendant sur la foule disparate - des notables, des soldats, des femmes et des enfants -, éliminer ceux qui le gênent, organiser la terreur, s'approprier les biens et les êtres. Dominer la femme que jamais il n'aurait pu approcher autrement.
Narrateur du voyage, du naufrage puis du quotidien des rescapés, Jeronimus règle ses comptes avec son passé d'individu méprisé. Suffisamment cynique et vicieux pour savoir que les hommes sont veules et égoïstes, à l'image de tout ce que cachait l'opulente Amsterdam du XVIIe siècle, il pose dans les pages de son carnet une suite d'actes criminels accomplis avec le plus complet sang-froid.
Présentation de l'éditeur

Achille au pied léger

Achille au pied léger
Benni Stefano
Ed. Actes Sud

Ulysse, auteur en mal d'inspiration, travaille dans une petite maison d'édition du nom de Forge qui, face à une concurrence de plus en plus déchaînée, est menacée de perdre son âme. Frappé par des accès de sommeil impromptus et poursuivi, jusque dans ses rêves, par les auteurs des manuscrits qu'il doit lire, il se réfugie dans son amour pour Pilar - Pénélope, une BTLSPS (beauté typiquement latino sans permis de séjour), mais cède également volontiers aux avances de sirènes telles que Circé, secrétaire du directeur de la maison d'édition...
C'est alors qu'Ulysse reçoit un étrange courriel provenant d'un certain Achille, qui souhaiterait lui parler. Intrigué, il accepte et découvre, au fin fond d'un palais bourgeois, un jeune homme cloué à vie dans un fauteuil roulant. Une amitié hors du commun naît entre eux ; elle bouleversera leurs existences.
Virtuose dans l'art de jongler avec des situations désopilantes, Stefano Benni, grâce à sa langue inventive et moqueuse, crée un univers à la fois fantastique et étonnamment familier.
Présentation de l'éditeur

Les Mange-pas-cher

Les Mange-pas-cher
Bernhard Thomas
Ed. Gallimard/Du monde entier

Voici l'un des plus beaux textes de Thomas Bernhard. Il date apparemment de la fin des années soixante-dix, et l'on y retrouve bien sûr les thèmes habituels : l'existence 'au degré de difficulté le plus haut' d'un 'être de l'esprit' engagé dans une recherche totale et mortelle. Ici, c'est la physiognomonie appliquée à quatre personnages ordinaires rencontrés à la cantine populaire (à ce qu'il y a de plus quotidien donc), dans le discours bernhardien en abyme, et en écho aux périodes difficiles dont parlent les romans autobiographiques.
Mais au-delà de la thématique, ce texte est peut-être surtout, lui aussi, une composition grandiose, une magnifique dentelle, une partition magistrale dont les amateurs auront le plus grand plaisir à découvrir une variation supplémentaire.
Présentation de l'éditeur

Calypso de nuit

Calypso de nuit
Scott Lawrence
Ed. Sabine Wespieser

En 1938, le Dr Vincent Métivier, descendant d'une famille créole française, vient de prendre en charge la léproserie située sur la petite île de El Caracol, au large des côtes de l'île de Trinité. Il se voit confier par des prêtres, impuissants à le soigner, le jeune Théo, un garçon noir d'une douzaine d'années, muet le jour et agité la nuit par d'étranges calypsos, cauchemars où affleurent les bribes d'une enfance traumatisée.
Son seul soutien réel, il le trouve en Madeleine Weil, une jeune infirmière devenue S?ur Thérèse lors de son entrée dans la congrégation présente sur l'île : installée ici pour poursuivre des recherches scientifiques qui la passionnent, elle a aussi été poussée à fuir les prémices de la guerre par son père, juif et communiste resté en Europe.
Alors que Vincent est ramené par Théo à sa jeunesse et à l'oppression des minorités, il vit avec Thérèse une histoire d'amour exacerbée par le nécessaire secret qui l'entoure comme par la crise qui gronde sur fond d'émeutes raciales. Thérèse quant à elle attend avec une angoisse grandissante des nouvelles de son père.
Autour de ces trois personnages, confrontés à leur propre passé, aux rumeurs du conflit lointain mais aussi déchirés entre la logique du savoir médical et l'obscurantisme des religieuses, se noue un roman polyphonique, magnifiquement ancré dans une nature exubérante et tropicale qui amplifie les sentiments et les douleurs.
Calypso de nuit est une véritable saga romanesque, portrait réussi d'un microcosme bouleversé par les passions et les événements historiques proches ou lointains.
Présentation de l'éditeur

Je suis monogame

Je suis monogame
Van der Jagt Marek
Ed. Actes Sud

Eclairé par une pratique assidue de l'autoanalyse, Marek van der Jagt livre ici une confession amoureuse ironique, originale et actuelle. S'il évoque et cite quelques célèbres 'activistes' de l'amour - de don Juan à Stendhal -, c'est afin de mieux nous exposer son cas personnel : un besoin inné de passion exclusive, voire fusionnelle, penchant qu'il tenta longtemps de guérir... par une multitude d'aventures successives. Monogame certes, mais à condition que toutes ses maîtresses le soient...
Un jour, le grand amour semble finalement possible, ou presque. Cette jalousie qui le tenaille n'est - elle pas la preuve irréfutable qu'un changement s'opère ? Mais comment prouver à l'élue la sincérité de son amour ? Et comment être sûr de la sienne ?
Présentation de l'éditeur

Minotaure. Nouvelles

Minotaure. Nouvelles
Nadas Peter
Ed. Plon/Feux croisés

Répression sociale, violence, emprise du pouvoir : tels sont les sujets de ces nouvelles dans lesquelles Péter Nádas met en scène des personnages - âgés ou enfants - en situation de risque et de rupture. Avec acuité, l'auteur du magistral Livre des mémoires explore les tréfonds de la nature humaine, ajoutant à son talent d'analyste et d'observateur un jeu tout personnel de la narration, pour atteindre à une inquiétante ambiguïté.

L'Age d'or

L'Age d'or
Karinthy Ferenc
Ed. Denoël

Décembre 1944, Budapest s'enfonce dans la tragédie : la ville est assiégée par les Soviétiques et ravagée par les Croix-fléchées, des fascistes hongrois qui exterminent les derniers juifs. L'un d'eux, Joseph Beregi, persiste malgré le danger de mort à mener une vie insouciante. Don Juan aimant la vie et les femmes, il est protégé et nourri par ses admiratrices, prostituées ou grandes bourgeoises. A l'heure de la destruction finale, son obstination à jouir jusqu'au bout lui sauvera la vie.
Réponse hédoniste au cauchemar de la guerre, L'Age d'or est l'un des romans les plus originaux et les plus troublants de Ferenc Karinthy.
Présentation de l'éditeur