La ville gagne toujours

La ville gagne toujours
Omar Robert Hamilton
Ed. Gallimard

2011 au Caire. Des cris et des plaintes s'élèvent dans les rues. Des cailloux, des grenades et des slogans pleuvent sur l'armée. Des femmes sont violentées. Les hôpitaux débordent, tout comme les morgues. Le peuple égyptien se dresse contre le régime de Moubarak.

Khalil, Mariam, Hafez et les autres organisent la résistance. Khalil a quitté les États-Unis pour venir se battre auprès des siens. Mariam soigne les blessés, ravitaille les infirmeries, aide à faire libérer les opposants qui ont été arrêtés. Hafez documente les combats et poste ses photos sur les réseaux sociaux. Ensemble, ils animent le collectif Chaos, une arme de communication multi-supports qui leur permet de diffuser informations, émissions, vidéos et appels à manifestation. Chaque fois qu'ils descendent dans la rue, ils sont portés par le même espoir d'un avenir meilleur dans un monde plus juste. La révolution est en marche, qui changera pour toujours le sens de leurs vies.

Acheter chez Tropismes : La ville gagne toujours

Ces hommes qui m'expliquent la vie

Ces hommes qui m'expliquent la vie
Rebecca Solnit
Ed. Olivier

Pourquoi les hommes se sentent-ils obligés d’expliquer aux femmes ce qu’elles savent déjà ? D’où vient leur certitude de savoir mieux qu’elles ce qu’elles doivent penser, ou faire ?

Peut-être de l’Histoire, qui a constamment relégué les voix des femmes au silence.

Dans ce recueil d’essais où la colère le dispute à l’intelligence et à l’humour, Rebecca Solnit explore une nouvelle façon de penser le féminisme. Et fournit des armes pour les luttes à venir. (présentation de l'éditeur)

Acheter chez Tropismes : Ces hommes qui m'expliquent la vie

Ce qu'est l'homme

Ce qu'est l'homme
David Szalay
Ed. Albin Michel

Neuf hommes, âgés de 17 à 73 ans, tous à une étape différente de leur vie et dispersés aux quatre coins de l'Europe, essayent de comprendre ce que signifie être vivant. Tels sont les personnages mis en scène par David Szalay à la façon d'un arc de cercle chronologique illustrant les âges de la vie. En juxtaposant ces existences singulières au cours d'une seule et même année, il montre les hommes tels qu'ils sont : tantôt incapables d'exprimer leurs émotions, provocateurs ou méprisables, tantôt hilarants, touchants, riches d'envies et de désirs face au temps qui passe. Et le paysage qu'il nous invite à explorer, multiple et kaléidoscopique, apparaît alors au fil des pages dans sa plus troublante évidence : il déroule le roman de notre vie.

Acheter chez Tropismes : Ce qu'est l'homme

Darling days

Darling days
Io Tillet Wright
Ed. Seuil

L'artiste et activiste raconte son enfance à New York où, dès ses premières années d'école, il décida qu'il était un garçon plutôt qu'une fille et où il vécut dans la pauvreté et la violence auprès d'une mère accro aux médicaments qu'il dénonça à la protection de l'enfance. Il livre ses réflexions sur les normes qui enferment, la question du genre et l'amour filial.

Acheter chez Tropismes : Darling days

Inventaire d'inventions

Inventaire d'inventions
Edouardo Berti
Ed. la Contre Allée

À quoi pourraient bien ressembler la « machine à arrêter le temps », les « boucles d'oreilles-réveil », le « traducteur chien-humain », le « livre infini », l'« effaceur de mémoire »... ces multiples inventions dont recèle la littérature ? Joueurs inventifs, Eduardo Berti et Monobloque nous en offrent un inventaire aux allures oulipiennes.

Acheter chez Tropismes : Inventaire d'inventions

Bellas artes

Bellas artes
Luis Sagasti
Ed. do

L'auteur s'interroge sur la manière dont l'homme interprète l'histoire du monde. Il propose de réécrire cette dernière en huit textes, mettant en scène Antoine de Saint-Exupéry, Matsuo Basho, Marina Abramovic, Youri Gagarine et d'autres personnalités, en tenant compte des secrets et des omissions que certains nomment conspiration universelle.

Acheter chez Tropismes : Bellas artes

Le fleuve sans rives

Le fleuve sans rives
Juan José Saer
Ed. le Tripode

En quatre parties, intitulées du nom des saisons, l'auteur (1937-2003) cherche à retrouver, entre souvenirs personnels et érudition, entre exigence narrative et discours scientifique, ce qu'est et ce que fut la région du Rio de la Plata, son histoire, sa culture, sa civilisation. Un portrait à la fois satirique, spirituel et onirique.

Acheter chez Tropismes : Le fleuve sans rives

Plaza Irlanda

Plaza Irlanda
Eduardo Muslip
Ed. do

« Je n'ai jamais su ce qu'elle faisait Plaza Irlanda. » La mort tragique de sa compagne Helena sur cette grande place de Buenos Aires plonge le narrateur vers des territoires inconnus : ceux d'une vie nouvelle à laquelle il n'était pas préparé ; ceux d'une ville qu'il doit désormais aborder sans elle. Avec une attention qui se porte sur des détails infimes et quotidiens, il évoque des souvenirs de leur existence partagée et des situations de sa vie sans Helena. La douleur n'est jamais pathétique, une douce tristesse berce souvent le récit par un ton ingénu, subtilement ironique.

Acheter chez Tropismes : Plaza Irlanda

La ballade du peuplier carolin

La ballade du peuplier carolin
Haroldo Conti
Ed. La dernière goutte

Recueil de nouvelles célébrant l'amour et la vie tout en luttant contre le temps et l'oubli afin de préserver le souvenir des êtres chers disparus.

Acheter chez Tropismes : La ballade du peuplier carolin

Le monde est rond

Le monde est rond
Stein Gertrude
Ed. Esperluète

Un livre dans lequel on apprend qu’Une rose est une rose est une rose est une rose et où Gertrude Stein donne la pleine mesure de son écriture – répétitive, musicale et poétique. Mécène et porte-parole du cubisme, elle en a assimilé l’esprit dans ce livre destiné à l’origine aux enfants qui devint rapidement un des textes majeurs de l’avant-garde.

Rose est une petite fille. Elle a un cousin, Willie, avec qui elle découvre le monde ; parfois concret, parfois absurde celui-ci se dérobe puis se révèle.  Rose n’en cherche pas le sens, elle veut simplement en faire partie.
Vus à travers le prisme enfantin, les êtres et les objets se montrent complexes et toujours étonnants.& La répétition des mots amène à une compréhension intuitive du monde de Rose. Le texte s’enroule autour du sujet et donne rythmes et couleurs aux mots.
Ecrit pour qu’on en ait du plaisir, Le Monde est rond nous parle des territoires de l’enfance.

A propos de cette nouvelle édition…
Ce texte, emblématique de l’œuvre de Gertrude Stein, fut publié pour la première fois en 1939 par William R. Scott à New York. Il était accompagné d’illustrations de Clement Hurd et imprimé en bleu sur pages roses. On retrouvera un clin d’oeil à ces couleurs dans la présente édition, ainsi que l’usage de la typographie Futura, en vogue à l’époque.

Le Monde est rond est probablement un des premiers, et peut-être même le seul texte cubiste pour enfants.
Il fut traduit en français en 1984 par Françoise Collin et Pierre Taminiaux pour les éditions Deuxtemps Tierce.
La version qui est proposée ici s’appuie sur leur travail. En s’approchant au plus près du texte anglais, Anne Attali, grâce à sa double culture franco-américaine et sa connaissance particulière de ce texte, s’est attachée à conserver aux mots leur simplicité mais aussi leur ambiguïté.
Comme le lecteur le percevra dans le texte anglais, les jeux de sons et de sens sont omniprésents, et parfois difficiles à traduire en français. Souvent nous avons préféré privilégier le sens, maudissant l’absence d’équivalent en français !
L’écriture de Gertrude Stein dégage un sentiment d’étrangeté qui déjoue nos attentes et nous entraîne dans un monde poétique, proche de la comptine, du temps de l’enfance. Nous avons essayé de ne pas gommer ces aspects-là.

Acheter chez Tropismes : Le monde est rond