Dévoile

Dévoile
Ekhr Jonas
Ed. Arbre à paroles

Dévoile un je qui n’a de cesse qu’il ne naisse. Naisse non pas ici ou là, nu au hasard, aventureux, sans lien aucun avec le jeu de toute aînesse, mais dans ce lieu, ce nid, ce trou, qui en toi nie ce qui se noue et de la vie déjoue l’ivresse. Dévoile un je qui n’a de hâte qu’il ne happe au gré des vents tout ce qu’il hante de sa voix. Tout ce qu’il presse de sa langue en lui repue. Tout ce qu’il hante de l’oubli tant il lui manque. Tant se dérobe sous son pas ce lieu qui tangue sans milieu. Ce lieu qu’il ronge à s’égarer sans appétit. Ce lieu qu’il dresse à s’épuiser le temps qu’il tue à y puiser de quoi passer. Ce lieu sa gangue de passage. Ce lieu passager d’utopie. Ce lieu confît de cécité. Ce lieu sans nom. Ce lieu non dit. Ce lieu message et messager de tout mensonge. Ce lieu d’un songe qu’il ne fait que dans la rage. Ce lieu dont il – ce je divis – détruit le corps mais non l’idée. Et d’où chaque heure ou chaque nuit, dans un sommeil dont il ne suit sans s’apeurer tous les transports, il tente en vain de s’arracher, de se soustraire et retrancher, comme d’un tout ou d’une somme on ôte un lien surnuméraire, afin d’enfin prendre son vol, affirmer son essor, développer son poids dans la nue qu’il médite au plus loin de lui-même, écho coupé de sa redite…

Extrait

Au rendez-vous allemand

Au rendez-vous allemand
Eluard Paul
Ed. Minuit/Double

Ce volume rassemble des poèmes de Paul Éluard (1895-1952) publiés pendant la Seconde Guerre mondiale, le plus souvent dans la clandestinité sous des pseudonymes tels que Jean du Haut ou Maurice Hervent, dans divers recueils, revues et brochures (dont L'Honneur des poètes, Minuit, juillet 1943 et Europe, Minuit, mai 1944). Ainsi le recueil Poésie et vérité 1942, publié en octobre 1942 aux Éditions de la Main à la Plume, et dans lequel figurent «La Dernière Nuit et quelques autres poèmes dont le sens ne peut guère laisser de doutes sur le but poursuivi : retrouver, pour nuire à l'occupant, la liberté d'expression». L'un de ces «quelques autres poèmes» est Liberté.

«Et partout en France, écrit Paul Éluard dans la bibliographie du recueil, des voix se répondent, qui chantent pour couvrir le lourd murmure de la bête, pour que les vivants triomphent, pour que la honte disparaisse.»

Ces poèmes d'Éluard furent recueillis en un volume publié aux Éditions de Minuit en avril 1945, avec trois autres poèmes inspirés entre 1936 et 1938 par la guerre d'Espagne. C'est cette édition qui est reprise ici.

En numérique chez Tropismes : Au rendez-vous allemand

Autres nuages

Autres nuages
Baetens Jan
Ed. Impressions nouvelles

Qu'est-ce qu'un nuage, si ce n'est un arbre en marche ? Et qu'est-ce qu'un arbre, sinon un nuage qu'on ne regarde qu'une fraction de seconde ? Sur cette hypothèse très simple, mais qui n'est pas sans rapport avec le principe moins banal de la métaphore, le présent recueil offre une série de variations qui mélangent allègrement le quotidien et ce qui le déchire, le surprenant et ce qui le banalise, les fantaisies du premier venu et quelques grands moments de l'histoire de l'art et de la littérature, les célèbres photographies de nuages réalisées par Stieglitz et des tableaux ou études d'arbres par des artistes comme Cézanne, Magritte, Scorsese, Antonioni ou encore Kafka. À chaque fois, l'ambition de l'auteur et de l'illustrateur est de faire partager le moment où naissent, puis s'évaporent les images, les idées, les textes.

Ajoie

Ajoie
Pirotte Jean-Claude
Ed. La Table ronde

«Les saints les plus passionnants sont ceux dont l’existence n’est attestée que par la tradition populaire. C’est le cas de saint Fromont, dont on célèbre le culte – non reconnu par l’Église mais constant depuis des siècles – sur le plateau de l’Ajoie, un terroir du Jura suisse entre Boncourt et Porrentruy, demeuré à l’écart et toujours attaché aux anciennes croyances.
J’ai voulu connaître le paysage où s’est déroulée, au temps du colombanisme, la vie rêvée de saint Fromont. Nous avons séjourné là, ma compagne et moi, sous l’invocation du saint, pendant des mois. Il en est résulté cet hommage aux coteaux forestiers, aux friches et aux miracles, alors que le mont terri, à l’est, borne de sa masse mouvante l’enclave de l’Ajoie. Ce livre est aussi un hommage à Pierre-Olivier Walzer, l’auteur admirable et ludique des Saints du Jura. Peut-être ai-je réussi à redonner vie à Fromont, ermite du désert, qui m’a secrètement invité à le redécouvrir, dans un mélange de foi et de paganisme.»
Jean-Claude Pirotte

Halte sur le parcours

Halte sur le parcours
Brussel Samuel
Ed. La baconnière

Ces poésies ont principalement été écrites en 1980 lors d'un séjour de l'auteur en Italie. Elles évoquent l'amour spirituel, la morale joyeuse, l'obsession des langues ou encore l'imaginaire lié au voyage.

Coffret Marina Tsvetaeva. Poésie Lyrique (1912-1941)

Coffret Marina Tsvetaeva. Poésie Lyrique (1912-1941)
Tsvetaeva Marina
Ed. Editions des Syrtes

Le coffret regroupe les oeuvres poétiques lyriques de M. Tsvetaeva (1892-1941), recueils parus dans des périodiques russes ou inédits.

J'apprenais à écrire, à être.

J'apprenais à écrire, à être.
Izoard Jacques
Ed. Espace Nord

Anthologie de l'oeuvre de ce poète liégeois, qui explore les mystères du corps et du désir

Volée blanche

Volée blanche
Akhmatova Anna
Ed. Harpo&

Je ne sais si tu es vivant ou mort,
Si sur terre on peut te chercher encore,
Ou seulement dans la pensée d'un soir
S'afflige pour un défunt.
Tout te revient:
Ma prière de chaque jour,
L'insomnie où je défaille,
La volée blanche de mes vers,
Le feu bleu de mes yeux,
Nul ne m'a été plus secret
Et nul ne me fit plus souffrir,
Même celui qui me livra aux tourments,
Même celui qui me caressait
Et m'a oubliée.

1917 : Volée Blanche, quand partout en Russie, en Europe, éclabousse le sang. Les armes et les larmes. Akhmatova, c'est l'histoire du sentiment dans l'Histoire : Écrire ces poèmes entre 14 et 18 n'est certainement pas anodin. Ce volume reprend l'édition princeps de 1917, ainsi que les poèmes ajoutés dans les éditions suivantes. (Petrograd 1918, 1921, Berlin 1923). 3e volume publié du vivant de l'auteur, Volée Blanche est le 7e volume inscrit dans la publication de l'ensemble de l'oeuvre poétique d'Anna Akhmatova chez Harpo &. 1ère édition française.

Chants berbères de Kabylie. Poésie Kabyle

Chants berbères de Kabylie. Poésie Kabyle
Amrouche Jean
Ed. Points

«Éboulez-vous, montagnes, Qui des miens m'avez séparé.

Laissez à mes yeux la voie libre, Vers le pays de mon père bien-aimé,

Je m'acharne en vain à l'ouvrage : Mon coeur là-bas est prisonnier.»

Craignant que la beauté des chants berbères ne disparaisse avec la voix de sa mère, Jean Amrouche a entrepris de consigner tous les chants qui ont bercé son enfance.

En les exprimant en français, il en a fait un trésor de la poésie universelle.

«Voici les vers, voici les mots, voici les musiques et les chants. Les chants enfin rendus, redits tels qu'ils chantaient en vous.»

Mouloud Mammeri

La raison de l'oiseau

La raison de l'oiseau
Gyatsho Tshanyang
Ed. Fata Morgana

Xylographie tibétaine complète de cinquante-huit poèmes.

J’avais tant médité
sur le visage de mon Lama
et rien ne s’est dessiné dans mon esprit
que les traits de mon aimée.

Qui est-il, ce poète qui rirait d’être mêlé aux autres, mais que sa fragilité éloigne de tous, qui s’amuse de ce qu’on dit mais n’arrive pas à se faire comprendre, s’enivre de sa liberté mais ne peut ébaucher un pas sans souffrir ? Tshanyang Gyatsho est né au Tibet en 1683, année où meurt le Ve Dalaï Lama. Deux ans plus tard il est reconnu comme la réincarnation de ce dernier. Mais il continuera de travailler aux champs jusqu’à son intronisation lors de sa quinzième année. Peut-être est-ce alors ce manque d’instruction monacale qui le conduira à se rebeller contre tout protocole et s’adonner aux plaisirs de l’ivresse et de la chair jusqu’à lui valoir une réputation de libertin. Et ce sont alors par ces chants d’amour, plus que dans la pratique religieuse, que se découvre l’épanouissement spirituel du VIe Dalaï Lama.