Villa Pauline et autres poèmes

Villa Pauline et autres poèmes
Mansfield Katherine
Ed. La Nerthe

Le recueil s’ouvre sur des vers de jeunesse, écrits entre 21 et 23 ans et se clôt sur les derniers écrits alors qu’elle avait entre 29 et 31 ans. Dix ans donc entre les premiers et les derniers.


Les poèmes de la Ville Pauline sont centraux tant biographiquement que dans l’usage que Mansfield fait de l’art des vers. Ils forment un ensemble nous donnant à lire les mouvements émotionnels de Katherine lors de son premier séjour sur la Côte d’Azur : les retrouvailles avec Murry et sa perception de la nature.


Ces poèmes montrent une grande liberté, tant sur le plan métrique que par ses thèmes. La grande nouvelliste nous offre des récits en vers brefs ou non, elliptiques ou paraboliques, où sa tendresse comme son humour trouvent à s’exprimer.


Plus elle gagne en maturité plus elle donne vie à chaque être et à chaque élément naturel rentrant dans le poème. Elle est sans cesse au bord d’un abîme tout en étant au cœur du monde. Sa perception aigüe anime ses vers qui trouvent leur plein aboutissement en leur aspiration réconciliatrice. Mansfield oscille, d’un sentiment à l’autre. Elle fait fusionner son imagination en éveil depuis l’enfance et ses expériences de femme.

Peste soit de l'horoscope. Et autres poèmes

Peste soit de l'horoscope. Et autres poèmes
Beckett Samuel
Ed. Minuit

Inédits en français, ces poèmes ont été écrits entre 1930 et 1976. Au cours d'un demi-siècle, le style de Samuel Beckett évolue considérablement dans sa poésie comme dans toutes les autres formes de son oeuvre. Le jeune poète des années trente - qui fréquente les dadaïstes et les surréalistes, même s'il n'adhère pas à leur doctrine -, adopte un style baroque, excentrique, où s'expriment sa culture et son exubérance. Puis, peu à peu, l'écrivain abandonne toute emphase et atteint l'extrême dépouillement.
E.F.

En numérique chez Tropismes : Peste soit de l'horoscope. Et autres poèmes

Cahier jaune

Cahier jaune
Pizarnik Alejandra
Ed. Ypsilon

Inédits en français, écrits entre 1961 et 1972, les textes réunis ici sous le titre de CAHIER JAUNE, permettent de découvrir l'une des obsessions d'Alejandra Pizarnik : 'écrire en prose'. Que l'encre puisse ainsi couler plus facilement, ce sera une illusion vite détrompée : 'la certitude d'une forme impossible de prose me ronge'. Certitude qui n'apaise pas ses angoisses mais n'empêche pas ses rires, et nous traversons ces pages comme Alice le pays des merveilles.

 

L'enfer musical

L'enfer musical
Pizarnik Alejandra
Ed. Ypsilon

L'ENFER MUSICAL, le dernier livre publié par Alejandra Pizarnik (1936-1972), paraît en 1971 à Buenos Aires. Issu de plusieurs années d'écriture et de réécriture, il n'aurait pas dû être son chant du cygne, mais une nouvelle étape de sa recherche obstinée de la transformation d'une forme de vie par une forme de langage.
'A la cime de la joie je me suis prononcée sur une musique jamais entendue. Et quoi ? Puissé-je ne vivre qu'en extase, faisant de mon corps le corps du poème, rachetant chaque phrase avec mes jours et mes semaines, insufflant mon souffle au poème à mesure que chaque lettre de chaque mot aura été sacrifiée dans les cérémonies de vivre.'

 

La poésie au Brésil. Anthologie du XVIe au XXe siècle

La poésie au Brésil. Anthologie du XVIe au XXe siècle
Anthologie
Ed. Chandeigne

Recueil de textes poétiques depuis les mythes amérindiens et les productions jésuites du XVIe siècle aux créations de poètes nés avant 1940. Ce panorama comprend plus de 130 auteurs et s'articule autours de six grandes périodes. Il propose un appareil critique comprenant une présentation de chacune des périodes, une notice bibliographique pour chaque auteur et un commentaire pour certains poèmes.

Poèmes

Poèmes
Ginsberg Allen
Ed. Christian Bourgois

Première revue marocaine consacrée à la poésie internationale

Faire vivre ensemble et amoureusement des textes d'hommes et de femmes venant de divers horizons et partageant le même rapport à la réalité, à la langue et au village-monde. Edito.

Les filles de quartier
se jettent des nuages la sangle à la main.
Leur sourire ne s'ouvre pas.
Ce serait comme un hymen recousu
par la générosité des violeurs
Linda Maria Baros (Roumanie)

Rends-toi, petite île
Laisse tomber tes réfugiés, tes chères chétives
Accepte l'ordre
Arrache ton persil
Et accueille les cavaliers bindés.
Volker Braun (Allemagne)

Le rêve arabe s'endort
Le muezzin efface
La nuit
Tandis que fume le dernier
Cercle du soleil.
Michel Bulteau (France)

Chaque jour on ne peut éviter le coup de feu du temps,
Ce tireur embusqué !
Shu Cai (Chine)

Allez radoter ailleurs, rimes d'un centime,
trembler ailleurs pour douze lecteurs
et un critique ronfleur
Hugo Claus (Belgique)

Un enfant court bravement derrière son enfance
Rêvant du monde venu se déposer entre ses mains
Et du ciel comme plumage à ses ailes.
Ouafaa Lamrani (Maroc)

J'entends les oiseaux aux pieds peints psalmodier les airs
du ravissement, les murs ouvrant larges leurs fissures, enmmagasinant
les reflets du miroir.
Mohamed Loakira (Maroc)

Les Croates me tapent sur les nerfs
Ce n'est pas étonnant : je les fréquente
Depuis trente-huit ans déjà.
Boris Maruna (Croatie)

Au lieu de lèvres féminines,
ils laissent
l'étoile à cinq branches imprimer
sur nos fronts moites
son rouge où a coagulé le sang des héros.
Senadin Musabegovic (Bosnie-Herzégovine)

Je n'ai rien d'autre à espérer :
un crépuscule d'hiver
et un corbeau amoureux de moi.
Grânaz Moussavi (Iran)

- Te souviens-tu de la copiste ? Celle qui renversa de l'encre
sur ta robe ?
- Non.
Mercedes Roffé (Argentine)

'C'était au Maroc à la campagne...'
Mustafa Stitou (Pays-Bas)

Aveugles, les imbéciles refusent
De se couper la barbe,
Ceux qui me pointent du doigt.
Serge Patrice Thibodeau (Canada)

Le matin du 24 septembre 1966
j'ai écrit une lettre à un ami proche
sur le péché originel
sur le crime parfait et la méthode d'extermination du savoir.
Gozô Yoshimasu (Japon)
Présentation de l'éditeur

Une forêt de symboles. La poésie. Petite anthologie littéraire

Une forêt de symboles. La poésie. Petite anthologie littéraire
Anthologie
Ed. Parangon

Parcours chronologique ou parcours guidé par le coeur, libre au lecteur de sillonner cette forêt de symboles comme bon lui semble. Des plus grands auteurs aux plus méconnus, nous avons rassemblé les poèmes dits classiques - ceux que nous connaissons par coeur, souvenirs de notre enfance - et des poèmes plus singuliers parfois restés dans l'ombre mais tout aussi remarquables.

« La Nature est un temple où de vivants piliers Laissent parfois sortir de confuses paroles ; L'homme y passe à travers des forêts de symboles Qui l'observent avec des regards familiers. » Charles Baudelaire

Miroirs de la nature. Recueil de haïkus

Miroirs de la nature. Recueil de haïkus
Collectif
Ed. Seuil

Après les Haïkus des quatre saisons illustrés par Hokusai, ce nouveau volume des 'Classiques en images' propose de renouer avec la tradition du poème court japonais à travers ce second tome exclusivement consacré aux mondes végétal et animal. Illustrés par les grands maîtres de l'estampe japonaise, d'Utamaro à Hiroshige en passant par Hokusai, ce recueil célèbre avec poésie et raffinement les beautés d'une nature magnifiée.

La chasse au Snark

La chasse au Snark
Lewis Carroll & Mahendra Singh
Ed. Seghers

Ils le traquèrent avec des gobelets ils le traquèrent avec soin

Ils le poursuivirent avec des fourches et de l'espoir

Ils menacèrent sa vie avec une action de chemin de fer

Ils le charmèrent avec des sourires et du savon.

Chef-d'oeuvre du nonsense, La Chasse au Snark embarque le lecteur dans les aventures merveilleusement inventives d'un curieux équipage en quête d'une créature insaisissable, moitié requin, moitié escargot.

Questionné sur le sens profond de son poème, Lewis Carroll avoue : «J'ai bien peur de n'avoir eu en tête que des inepties ! Mais, concède-t-il, la meilleure signification que j'ai vue est... que tout le livre est l'allégorie de la recherche du bonheur. Je trouve que cela convient magnifiquement de bien des façons.»

Voix de femmes. Anthologie. Poèmes et photographies du monde entier

Voix de femmes. Anthologie. Poèmes et photographies du monde entier
Anthologie
Ed. Turquoise

« Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire ; j'écris pourtant. » Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859).

Cette tension entre la chape de l'interdit et la germination entêtée d'une écriture est au coeur de Voix de femmes, authentique atlas d'une polyphonie immergée à travers les âges, les pays, les mers et la monotonie du quotidien.

À la fois poétique et photographique, cette anthologie a tout du coquillage qu'on accole à l'oreille : elle bruisse de mille images, de mille mots s'entrelaçant et se dénouant au gré de rencontres, de chocs parfois, où se télescopent les époques, les langues, les cultures et les imaginaires.

Fruit d'un travail inédit visant à recueillir, sur chaque continent, dans chaque langue ou civilisation, les voix féminines les plus fortes de la poésie,Voix de femmes est une formidable invitation au voyage qui nous emporte de l'Alaska en Tchoukotka (Sibérie) en passant par l'Afrique du Sud et nous projette dans la succession des siècles, depuis les vers de Sappho jusqu'à la poésie la plus contemporaine.

Torrent de voix, d'échos et d'images où des femmes disent et photographient la vie, le monde, cette anthologie est un projet pionnier, inattendu, une promesse.