Moman 10 fois

Moman 10 fois
Jean-Claude Grumberg
Ed. Babel

« Moman ! » - ainsi commence chacune de ces saynètes entre une mère et son fils qui se trouve confronté à la peur, à l'ennui, à l'amour, au chagrin... bref, à la vie. Derrière les sollicitations du petit se cachent des préoccupations universelles : l'absence du père, la guerre, la pauvreté. Sa « moman » déploie alors des trésors d'inventivité pour le faire rire et atténuer ses angoisses.

Acheter chez Tropismes : Moman 10 fois

Le langage chorégraphique de Pina Bausch

Le langage chorégraphique de Pina Bausch
Gauthier Brigitte
Ed. L'Arche

Pina Bausch a radicalement changé le langage chorégraphique. Elle s'est attaquée à la linéarité, dépouillant ses spectacles de la cohérence d'une narration traditionnelle. Ses choix qui tendent à privilégier des instants , isolés par le principe d'itération font éclater la macrostructure narrative et resserrent son propos sur une succession de moments, faisant voir l'émergence du mouvement grâce à une pratique du gros plan sur les transitions des états et des sentiments. Ce regard autre a entraîné une réécriture de chaque instant, les gestes et les mots ne sont plus tributaires d'un récit. Ils jaillissent comme des instantanés d'être : abrupts, volcaniques, déstabilisants. Les formes n'appartiennent plus à un registre unique de la danse, classique, moderne ou contemporaine. Elles empruntent à tous les registres de la danse et de la vie.

Acheter chez Tropismes : Le langage chorégraphique de Pina Bausch
En numérique chez Tropismes : Le langage chorégraphique de Pina Bausch

Les marionnettes du monde

Les marionnettes du monde
Groshens Marie-Claude
Ed. Réunion des musées nationaux

En s'appuyant sur les collections du musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCem) et du musée des Marionnettes du monde, cette monographie offre un panorama des connaissances sur l'activité des théâtres de marionnettes dans le monde, à partir d'ensembles appartenant aux deux principales collections publiques françaises en ce domaine.
Dans une approche à la fois esthétique et sociologique, cet ouvrage replace les objets dans leur contexte, principalement les marionnettes, qui en sont l'élément central, mais aussi un patrimoine plus large comprenant tout le matériel nécessaire au spectacle dans lequel elles se produisent et les documents s'y rapportant : castelets, décors, accessoires, affiches, estampes, textes, photographies.
Les marionnettes, figurines animées par un montreur, représentent soit des dieux, héros, magiciens et autres grands acteurs transcendants issus de la religion, l'histoire, la légende, soit des types singuliers, à propriétés relativement fixes, déterminés par leur nom, leur tenue vestimentaire, leurs attributs, leurs caractères physiques, psychologiques et sociaux, ainsi que leur langage, et qui paraissent bénéficier d'une vie propre à l'intérieur de l'univers fictif du spectacle. Certains de ces types singuliers ont atteint une célébrité si forte et si durable qu'ils sont entrés dans le langage courant comme noms communs (un guignol, un polichinelle, un Jacques) et qu'ils sont devenus des emblèmes identitaires de villes, régions ou nations. A côté des grands personnages et de ces types singuliers, désignés comme marionnettes-types, figurent également des types généraux, généralement caricaturés, comme le paysan, le gendarme, le marquis...
Le plan met le spectacle en position centrale, car celui-ci donne tout son sens aux théâtres. Le classement est établi selon les catégories de personnages-marionnettes, choisies comme le pivot autour duquel tournent les autres catégories.

Territoires intimes. Michèle Noiret. La danse-cinéma

Territoires intimes. Michèle Noiret. La danse-cinéma
Collectif
Ed. Alternatives théâtrales

Plus de vingt ans de chorégraphie ont de Michèle Noiret une référence dans le monde de la danse. Son univers marque l'imaginaire, de même que ses 'personnages chorégraphiques' et les liens particuliers qu'elle a créés entre la danse et la technologie. Elle explore l'humain, ses troubles, ses désirs et le monde chaotique qui est le nôtre. Conçu comme un voyage dans l'univers de la chorégraphe, le livre conjugue les photographies élégantes et envoûtantes de Sergine Laloux et des textes qui permettent de mieux connaître une artiste majeure de la danse contemporaine.

Avec les contributions de Marie Baudet, Rosita Boisseau, Claire Diez, Bernard Foccroulle, Bruno Follet, Thierry Knauff, Brigitte Lefèvre, Gérard Mayen, Joseph Noiret et Jean-Marie Wynants.

Hagen ou L'hymne à la haine (jeu de massacre)

Hagen ou L'hymne à la haine (jeu de massacre)
Térey Janos
Ed. Editions théâtrales/Traits d'union

Woglinde

Trop tard, Siegfried. Garde-le, va.

Quand tu sauras son secret, tu me supplieras en chialant de te soustraire au sort - Ricane pas. Qu'est-ce que tu peux être con, à tes heures...

Car enfin, que dit l'inscription sur l'anneau ? Siegfried (repasse l'anneau à son doigt) Rhein-Industrie, profit garanti.

Dans cette troisième partie de sa trilogie Nibelung-Palace, le poète János Térey transpose le Ring de Wagner dans les années 2000, au coeur d'un conglomérat capitaliste dans lequel Siegfried, porteur de l'anneau, Brünnhilde ou Gunther deviennent capitaines d'industrie. L'infâme Hagen, nain Nibelung, rêve de briser cette mécanique de succès et ourdit un complot digne d'un thriller. Jalousie, vengeance, trahison, ce retour à l'essence de la saga est un véritable hymne à la haine.

Atelier Théâtre Jean Vilar. La passion a 40 ans

Atelier Théâtre Jean Vilar. La passion a 40 ans
Delcampe Armand
Ed. Luc Pire

Armand Delcampe, héritier d'une tradition léguée par les plus grands hommes de théâtre du XXe siècle qu'il a côtoyés, nous livre ici l'histoire de son théâtre de manière très personnelle, nous donnant un accès direct à son monde privilégié.

Plus qu'un ouvrage historique classique, ce beau livre se laisse découvrir par touches comme on feuillette un album précieux. Des témoignages multiples et une iconographie riche invitent le lecteur, comme le spectateur au théâtre, à faire librement son voyage au fil des saisons.

Armand Delcampe nous rappelle ainsi qu'à l'origine de ce magnifique projet de cohésion entre l'atelier de création artistique professionnel, l'école de formation d'acteurs, le centre universitaitre d'enseignement et de recherche en arts de la scène et la bibliothèque spécialisée, il y avait un modeste théâtre universitaire qui portait déjà en lui les germes et l'élan international de l'Atelier Théâtre Jean Vilar.

 

C'est du théâtre comme c'était à espérer et à prévoir

C'est du théâtre comme c'était à espérer et à prévoir
Fabre Jan
Ed. Arche

Pendant ce spectacle qui fait partie d'une trilogie avec Théâtre écrit avec un k est un matou flamand et Le pouvoir des folies théâtrales, quatre hommes et quatre femmes effectuent les gestes qui ponctuent une journée de 7 heures de travail au théâtre. Les spectateurs peuvent sortir et revenir comme bon leur semble.

Avec deux DVD vidéo présentant le spectacle lors de sa création en 1982.

Théâtre écrit avec un k est un matou flamand

Théâtre écrit avec un k est un matou flamand
Fabre Jan
Ed. Arche

Ecrit en 1980, ce spectacle pour trois hommes et une femme, premier d'une trilogie qui se poursuit avec C'est du théâtre comme c'était à espérer et à prévoir et Le pouvoir des folies théâtrales, entend mettre le théâtre sens dessus dessous.

Avec un DVD vidéo présentant un enregistrement de la pièce à sa création.

 

Le pouvoir des folies théâtrales

Le pouvoir des folies théâtrales
Fabre Jan
Ed. Arche

Ecrit en 1984, ce spectacle pour cinq femmes et dix hommes, dernier d'une trilogie commencée avec Théâtre écrit avec un k est un matou flamand et poursuivie avec C'est du théâtre comme c'était à espérer et à prévoir, célèbre le théâtre passé tout en le démolissant, tandis qu'émerge le pouvoir d'un nouveau théâtre.

Avec un DVD vidéo présentant un enregistrement de la pièce à sa création.

Miniatures théoriques. Repères pour un paysage de la scène moderne

Miniatures théoriques. Repères pour un paysage de la scène moderne
Banu Georges
Ed. Actes Sud

Georges Banu dégage dans cet ensemble de « miniatures théoriques » certains « noeuds poétiques » autour desquels s'organise le paysage théâtral d'une époque. Il se fie à sa « bibliothèque intérieure » que constituent les spectacles vus au fil du temps et dont sa mémoire a gardé la trace ainsi que le plaisir.

Très personnel et subjectif, ce livre s'apparente à un cabinet de curiosités, une collection privée à l'aspect faussement disparate, car tous les éléments sont reliés au nom d'une posture commune : le théâtre vu de près. Ces textes saisissent des « points de fixation » de la scène contemporaine : une question récurrente (« Vidée, la scène vide ? »), un bonheur secret (« Neige »), un choix significatif (« Chapeaux melon et godillots usagés ») ou encore une porte ouverte (« Les saluts ou le protocole de la fin »)...

Ces brefs écrits se placent sous le signe d'une rare phrase optimiste de Beckett : « Se donner du mal pour les petites choses, c'est parvenir aux grandes, avec le temps » !